dimanche 30 avril 2017

L'oeil sauvage (2)


L'oeil sauvage (1)


[edit]Marcassin condamné





On apprend dans l'article de la République de Seine et Marne du 30/04/2017 :

http://www.larepublique77.fr/2017/04/30/un-marcassin-mascotte-de-l-hopital/


Survivant d’une battue, il devrait retrouver la forêt (photo : A.Bigot)
photo : A. Bigot

Qu'un marcassin ayant survécu à une battue entreprise dans les environs de l’hôpital de Fontainebleau à finalement trouvé refuge dans son enceinte et est devenu la coqueluche du personnel et des patients qui le caressent et le nourrissent. Le coquin est très sociable et se laisse photographier.

Parce-qu'on est dans la République de Seine et Marne et qu'il faut rester sérieux, il est également rappelé que l'ONF interdit qu'on nourrisse les sangliers, que les suidés prolifèrent en Forêt de Fontainebleau et qu'ils commettent énormément de dégâts, y-compris en ville. Bref, la petite bête devra être raccompagnée en forêt un jour ou l'autre avant qu'elle ne devienne embarrassante pour les usagers.

Quatres remarques :

1/ Ainsi donc le sanglier ne serait pas la bête sanguinaire et agressive qu'on nous dépeint depuis des années ?

2/ L'ONF interdit aux riverains de nourrir les suidés mais persiste à autoriser l’agrainage en toutes saisons... Si donner du maïs, des patates ou des betteraves aux sangliers ce n'est pas les nourrir, qu'est-ce que c'est ?

3/ Pour qu'un marcassin soit seul et perdu après une battue, il faut que sa mère ait été abattue. C'est à dire qu'une laie "suitée" ait été tirée, laissant ses petits à la charge du groupe (c'est à dire d'une autre laie) si les ressources le permettent, ou livrés à eux-mêmes (c'est à dire à une mort certaine) dans le cas contraire. Pratique de chasse à méditer par tous ceux que la cause animale, très à la mode ses temps-ci, préoccupe.

4/ Tenter de remettre un marcassin quasi domestiqué dans la nature c'est le condamner à fouiller dans les poubelles pour survivre, c'est à dire en faire précisément un "nuisible" tant redouté par les bellifontains. Ou plus simplement le condamner à mourir de faim. Au choix.


Mise à jour du 09/05/2017

Le marcassin a finalement été abattu, apparemment dans l'enceinte de l’hôpital, dans la nuit du 4 au 5 mai : http://www.larepublique77.fr/2017/05/08/le-marcassin-mascotte-de-l-hopital-a-ete-abattu/

Un beau coup de fusil, comme on dit.
 


jeudi 30 mars 2017

Fluo secours !


Prenez une jolie petite fleur parfaite de blancheur et de pureté,
Gavez-la de colorant, protéines et enzymes jusqu'à ce qu'elle devienne fluorescente.
Vous aurez entre les mains un gadget rigolo à fort potentiel commercial : http://www.design-aglae.com/nos-produits

La jeune entrepreneuse de Vaux-le-Pénil, Sophie Hombert, et ses soliflores qui restituent la lumière
Un grand pas en avant pour l'écologie et la préservation du vivant.

Jusque-là rien d'anormal dans notre société consumériste.

Par contre, que cette grossière altération du vivant reçoive un prix départemental d'écologie : 
semble infiniment plus discutable. Qu'il y a-t'il d'écologique là-dedans ? C'est un mystère qu'il conviendrait d'éclairer, si j'ose dire. 

En effet, qui peut sérieusement prétendre que des fleurs, qu'il faudra planter en très grande quantité, renouveler souvent, arroser et nourrir d'engrais et de produits chimiques divers et variés, mobilisant des hommes et des véhicules, pourront à long terme se substituer à l'éclairage publique en permettant une quelconque sauvegarde de ressources et une réduction de l'emprunte énergétique ?

Non, vraiment, tout ceci c'est pas sérieux : l'écologie est encore parfaitement méprisée par nos élus locaux.

On attend avec impatience de connaître le prochain lauréat du concours éco-attitude 77 ! Une suggestion pour le jury :

Bayer France reconnu Top Employer pour la 3e année consécutive
Bayer pour son action pour une vie meilleure

samedi 18 février 2017

UNESCO pour le forêt de Fontainebleau : à quel prix ?

Le maire de Fontainebleau confirme dans le bimestriel de la ville de janvier/février 2017 qu'il souhaite un classement de la forêt de Fontainebleau dans le patrimoine mondial de L'UNESCO.

En première analyse, même si notre forêt croule déjà sous les labels de toutes sortes, ce classement prestigieux pourrait plutôt être une bonne nouvelle en matière de protection.

Mais, en y regardant de plus près, la protection patrimoniale et l'écologie ne semblent pas vraiment être les moteurs de cette candidature. Même si la forêt est présentée comme le "poumon vert" d'Ile de France, c'est à dire essentielle à la région de par son rôle écologique, social et sanitaire, la motivation de ce classement paraît se situer ailleurs :

  • « Rattacher la forêt de Fontainebleau au château et à son classement Unesco, permettrait de renforcer considérablement la notoriété du site et son attractivité. Cela nous offrirait la possibilité de développer des offres touristiques spécifiques au secteur, et serait, je l’espère, un catalyseur pour sensibiliser à sa préservation »

Le moins qu'on puisse dire est qu'il n'y a aucune ambiguïté sur les priorités du Maire de Fontainebleau. On fait du business d'abord et on espère préserver ensuite.

Les cautions scientifiques engagées dans la candidature ne rassurent pas vraiment puisqu'il s'agit notamment du président du comité national du fameux label "Forêt d'exception", cette espèce de coup de tampon marketing "green" qui aura été à la protection ce que la pub est à la qualité du produit. Rétrospectivement, il semble bien que que ce label aura eu deux fonctions : celle de faire la promotion de la filière bois d'abord et d'enrichir les statistiques de fréquentation ensuite, dans l'optique d'une augmentation des visites.

Fontainebleau, forêt d'exception
Fontainebleau, forêt d'exception
Fontainebleau, forêt d'exception
Fontainebleau, forêt d'exception

Bref, on l'aura compris, il faut faire venir davantage de monde à Fontainebleau pour faire tourner le commerce. Ce qui n'est pas critiquable en soi et a d'ailleurs le mérite de la cohérence, puisque déjà suggéré dans la stratégie définie l'an passé dans le compte rendu de l'observatoire de la fréquentation de la forêt de Fontainebleau.

Sauf que, et ceci nos chères édiles et doctes scientifiques semblent l'oublier, la forêt de Fontainebleau souffre déjà beaucoup de surfréquentation et certains sites font l'objet d'aménagements et d'une surveillance étroite pour endiguer une érosion alarmante des sols. http://www.leparisien.fr/espace-premium/paris-75/grandes-manoeuvres-contre-l-erosion-en-foret-de-fontainebleau-31-03-2012-1931906.php

Résultat de recherche d'images pour "érosion fontainebleau"

La faune sauvage est constamment sous pression et ne dispose plus que de quelques ilots de tranquillité, souvent d'ailleurs en lisière de forêt ou à sa périphérie proche, dans les cultures adjacentes. Elle est contrainte, chaque année davantage, de fuir ses parcelles chassées, mobilisées et traversées par des visiteurs toujours plus nombreux. Les photographes et naturalistes qui l'arpentent depuis longtemps le savent bien : http://www.yannickdagneau.com/vers-une-foret-sans-cerfs/

Dès lors, une question s'impose : comment concilier l'objectif annoncé de "renforcer considérablement l'attractivité" du site, c'est à dire augmenter fortement sa fréquentation, tout en garantissant sa pérennité, sa beauté, la préservation de sa flore et la tranquillité de sa faune ? 
L'observatoire de la fréquentation de la Forêt de Fontainebleau, créature créée dans le cadre du fameux label "forêt d'exception" et financée notamment par la CCI de Seine-et-Marne (!) pense pouvoir "orienter le public vers les sites les moins fragiles". Allons donc ! Nous prendrait-on pour des imbéciles ? Prendrait-on les touristes pour des imbéciles, qui comme un seul homme, se rueraient vers des sites de second ordre sans réfléchir, au mépris de toutes les indications fournies par les guides français et étrangers ? A l'aire d'internet, où l'information circule autour du globe à la vitesse de la lumière, croit-on réellement qu'on pourra empêcher un visiteur de Franchard d'en recommander la visite sur un blog ? Un site de rando de faire la promotion des sentiers bleus les plus beaux, donc les plus empruntés ? Ce ne sont certainement pas trois panneaux routiers et deux brochures informatives qui éloigneront les visiteurs de la Forêt de Fontainebleau, en quête de sérénité et de beauté, des fragiles bijoux naturels qu'elle recèle.

Il y a ici un paradoxe qui ne pourra en l'espèce être dénoué qu'au prix d'un renoncement. Celui de la qualité du patrimoine protégé, c'est à dire en sacrifiant sa richesse vivante, faune et flore confondues, sur l'autel de la notoriété et de la rentabilité, pour un label supplémentaire, aussi prestigieux soit-il.

Ces gens, distingués et diplômés, devraient savoir que ce n'est pas en détériorant le capital qu'on optimise ses intérêts !
Il semble bien que notre patrimoine forestier n'ait jamais été aussi convoité et considéré comme une ressource à exploiter. Il faut être vigilant et tâcher de faire en sorte que notre génération ne porte pas l'écrasante responsabilité d'avoir privé ses enfants de ses merveilles naturelles.

Déchets connection


La République de Seine & Marne nous informe, en terme choisis et fort peu contondants, que nos déchets permettent à certains citoyens d'arrondir leurs fins de mois, et ce, on l'imagine, sans grands efforts. Incroyable hasard, ces citoyens sont tous des élus :

info.jpg

Problème, la Chambre Régionale des Comptes estime que ces "indemnités" sont illégales et doivent être remboursées. Si on avait l'esprit mal tourné on pourrait presque en conclure qu'il s'agit de détournement d'argent publique. Plus de 170.000€ en 2 ans tout de même ! Je rappelle que des indemnités sont sensées devoir compenser une dépense engagée (et justifiée) ou un travail fourni (et justifiable). 

Bref, les contribuables locaux, qui ne cessent de voir les impôts locaux augmenter depuis quelques années, notamment pour financer le traitement de leurs déchets, apprécieront.

Je vous laisse prendre connaissance du papier de la REP et surtout de la synthèse du rapport de la Chambre des Comptes qui évalue assez clairement la qualité des prestations et de l'organisation des organismes chargés du traitement des déchets dans le Sud 77. Une excellence qui valait bien 170.000 € d'indemnités de présidence !